AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Drink First Talk Later
Orion J. Chevalier
Messages : 34
Age : 29 whisky
Camp : Cey le mal èé
Ta Baguette : 26,2 cm, bois de chaîne, écrin de sombral
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 1135246404
Orientation : Plus bas, toujours plus bas bébé.
Et ton coeur ? : Il est mécanique, tu veux tourné la cléf ?
Date d'inscription : 30/09/2011


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Léopard || Le Néant

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeVen 30 Sep - 22:40




CURRICULUM VITAE DE
ORION JAMES CHEVALIER


ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Tumblr_lp47z2Kea91qa6kiio1_500

Featuring * Nick Zano *

••• Huuum... Je vois... •••

Nom(s) : Dolohve Chevalier
Prénom(s) : Orion James
Age/Date de naissance : Chui née le 16 novembre 1968, j'ai donc 29 balais connard !

Sang : Sang-mêlé, fils d'une née-moldu et d'un sang-pur.
Richesse : Regarde toi, après on en reparlera.
Profession : Agent spécial d'infiltration du bureau des Aurors
Ancienne Maison : Maison d'Hadés, ça ressemble a Serpentard je suppose?
École de magie : J'ai fait mes études a BeauBâton, t'as pas comprit ?

••• Huuum... Intéressant •••

Taille : D'après l'médico 1m78, par là.
Poids : Dit toi que je joue pas dans la catégorie des poids plume ok?
Style vestimentaire : Moldue, pour le reste peut importe. je prend tout ce qui me passe sous la main, jean/t-shirt le plus souvent.
Signe(s) distinctif(s) : J'ai plusieurs tatouage et les oreilles percer.
Ta baguette : 26,2 cm, bois de chaîne, écrin de sombral. Plutôt rigide mais solide. Agréable en main et bon maintien, rapide et aérodynamique. Bois travailler et finement sculpté.
Animal de compagnie :
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Sans_t12 Un petit chat tigrer aux yeux bleu baptiser Polochon. Le petit chaton a était recueillit par Orion, alors qu'il miauler dans une boite en pleine rue, sous une pluie infernal et que tout les passent ne daigner lui jeter un regard. Le jeune homme la prit et de puis il sen occupe, car il vois en lui le même abandon. C'est un animal très docile et farouche qui aime par dessus tout dormir près de son sauveur, boire du lait et être câliner.

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Haticon « Ce que vous me dites... »
• Jour, Crépuscule, Aube ou Nuit ? Crépuscule, le moment ou la terre et les ténèbres s'unissent dans un même corps pour formé le chaos.
• Votre animal préféré ? Léopard; Ses principaux atouts sont une accélération foudroyante associée à l'effet de surprise ; il tue avec une facilité redoutable ses proies, c'est le tueur idéal.
• Sucré ou Salé ? Salé, comme la peau d'une jolie femme.
• Marche, Vol ou Transports ? Marché, c'est le meilleurs moyen pour courir.
• Votre couleur préférée ? Le bleu oxydé/acier.
• Oui ou Non ? Non.
• Serdaigle ou Serpentard ? J'men tape.
• Gryffondor ou Poufsouffle ? Tas pas compris?
• Poufsouffle ou Serpentard ? Tss...
• Votre matière favorite quand vous étiez élève ? Équitation avec les cheveux ailées, c'était bien ça, par ce que le reste... a chiez.
• Le Héros de votre enfance ? Je suis mon propre héros.
• Vos ambitions ? Tué mon père.
• Une chanson ? Trading Yesterday - Shattered
• Calme, énervement ou folie ? Énervement.
• Harry ou Voldemort ou la falaise x) ? Harry ? De Qui a tué Harry ?
• Hermione ou Pansy ? C'est qui elles ? Elles son majeurs? On peut les rencontré ou...
• Les règlements sont faits pour quoi ? Pour craché dessus.

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Haticon « Encore des notes à votre âge ! »
• Sur 10, combien es-tu sûr(e) de toi ? 8.5/10
• Appliqué(e) en classe ? 0/10
• Embêtant(e) ? 7/10
• Chanceux/se ? 0/10
• Courageux/se ? 6.75/10
• Loyal(e) ? 7/10
• Franc/Franche ? 10/10
• Respectueux/se ? 5/10

••• Très bien... •••

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Haticon Cinq petites lignes sur mon caractère :


“ Dessine Moi Un Mouton „
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 671283for
ϟ Je suis Franc.
Orion est un jeune homme simple, il dit toujours ce qu'il pense, même si ça doit faire mal. Si quelque chose l'ennuie, il le dit, si quelque chose lui plait, il le dit, allant jusqu'à se faire passer pour un pervers, à cause de certaines remarques de tact comme : « Mlle ? Votre Pantalon est craqué. ... Juste là, entre vos jambes. » Cela n’as rien de mal saint ou de méchant, il ne peut simplement pas s’en empêcher c’est plus fort que lui. Bien sûr cela le mes souvent dans des situations qu’il aurait mieux fallut éviter, mais il n’as pas peur de cela, même avec le temps il n’a pas appris à calmer ce caractère si spécial. Ce qui est sûr c’est que c’est son plus gros defaults ou sa plus grande qualité, pour autant il peut bien faire preuve d’hypocrisie, l’un n’empêche pas l’autre. Pour ce placer dans la société il faut bien savoir faire preuve de cette vil manipulation que la tromperie émotionnel et Orion le sais bien. Et n’as aucun scrupule a en usé encore et encore.

ϟ Je suis Sur de moi.
Arrogance & familiarité sont les maitres mots d’Orion. On peut le voir à la manière qu’il à de marcher roulant légèrement des mécaniques. Il est sûr de lui, de sa puissance comme un lion face à ses lionnes, persuadé avec la désinvolture de la jeunesse qu'il peut contrôler toute situations, même les pires qui soit. Il n’a peur ni ne crains personne et quoi que ce soit, ça vie lui a bien apprit ce qu’il vaut et sans se sur estimer il ne se laisse pas ce faire marcher dessus pour autant. Hautain, presque narquois, il vous prendra par l’épaule que vous soyez une gamine de 7 ans ou une grand-mère de 77. Votre statu ou votre âge il n’en a rien à faire, vous pouvez bien être le premier ministre si il lui prend l’envie de vous tutoyer et de mettre ses pieds sur votre table il le fera sans problème. A contrario il est très polie quand il le veut et peut ce montré comme un vrais gentleman. En réalité son travaille le pousse à accentuer cette partie de son caractère, ça familiarité, seulement il le contrôle parfaitement et nul ne sais si il joue un rôle ou si c’est vraiment lui car justement il puise dans son fond intérieur. C’est grâce à son charisme et son aisance oral qu’il peut jouer de lui et des autre ainsi, basant la chance sur un certain charme qu’il possède et qu’il sait exploité au maximum a son avantage.

ϟ Je suis Sauvage.
Orion est comparable à un animal, une bête hostile et féroce qui parait tout à fait indomptable. Au premier abord on pourrait penser à un cheval sauvage courant librement dans les plaines du Texas. Pourtant si on regarde un peu mieux on voit un félin enchainer qui ce débat comme un diable, la rage au corps, éprit d’une liberté qui lui sourit narquoisement. Oui, regardé bien cette animal blesser car il enferme en lui une bombe qui peut exploser d’une seconde a l’autre. Si il arrive à contrôler cette colère qui règne dans son être il ne peut rien faire face à la haine qu’il a pris en amante. La violence est son second prénom, il arrive des fois ou la rage est trop grande et ou un besoin de sang incontrôlable le prend à la gorge et le plonge dans une folie meurtrière. Cela ce vois d’une première façon, il est d’une incroyable impulsivité et sous ce visage arrogant ce cache une véritable brute, qui frappe et qui pense après. Qui frappe et qui parle après. Il ne pense pas, il saute et vois ce qui ce passe une fois dans le vide. « Ça passe ou ça casse. » Quand il doit se disputer avec quelqu’un il en a vite marre et préfère discuter avec ces poings ne voyant pas l’utilité de parler sur ce genre de sujet pendant es heurs. Il ne se passe pas une journée où il ne frappe pas quelqu'un et recouvrir ses mains de ce liquide pourpre, dans ses mauvais jours il devient complètement violent et sadomaso, cherchant sa propre souffrance physique car c’est ainsi qu’il soigne celle moral. Et souvent il est pris pour un chien qui aboie au lieu de mordre, bien qu'il aboie plus qu'il ne morde. Mais ses morsures sont très douloureuses et violentes. Sachez juste que ce garçon est destiné à agir comme un démon et ça, depuis qu'il est venu au monde.

ϟ Je suis un Martyre.
On ne peut pas parler d’Orion comme un monstre a causes des choses qu’il dit où qu’il fait car ce que vous ne savez pas c’est cas longueur de temps il a une baguette sur la tempe prête à lancer un sort qui lui serait fatale. Sur sa tête ou bien sur son cœur, car oui, il a bien un cœur même si lui-même doute que ce soit autre chose qu’un simple organe qui le maintienne en vie. La sensibilité n’est pas vraiment son truc, pourtant il reste hanter par ses démons et comprend la douleur quand il la voit mais a appris à vivre avec celle des autres comme avec la sienne. La sienne qu’il sent le torture à chaque minute et briser ses os par ces souvenirs. Le chagrin et la peine ne sont que des mots qui ne peuvent décrire à quel point Orion soufre et possède un cœur en pleine hémorragie. De par le faite qu’il n’a eu ni enfance, ni amour dans sa vie il sais qu’il n’as rien à perdre ce qui traduit cette détermination presque irrationnel. Pour lui-même la morts n’est pas un obstacle à un objectif fixer, quand il veut une chose il là, même si il doit attendre toute sa vie pour, même si il doit faire des choses ignoble, il arrivera à ses fins quoi qu’il advienne. Rien ne pourra le détourné du chemin qu’il ce trace, rien n’y personne.
Voyais la victime en lui, cette partit de lui qu’il s’efforce de cacher et qui pourtant est bien celle qui a fait ce qu’il est aujourd’hui. Plonger au plus profond de son âme et vous n’en reviendrez pas intacte… Ne chercher pas pourquoi il cherche tant la chaleur des femmes. Si ce n’est par son manque flagrant de tendresse qu’il a du subir toute sa vie. Il n’est pas faible face aux femmes, bien au contraire, mais pourtant il se laisse attendrir laissant ce qu’il lui reste de douceur s'évaporé dans leur bras le rendant très câlin. Seulement les femmes son cruel, il le sait et n’est pas près de leur laisser une chance de trouver quoi que ce soit qui ressemble a un cœur en lui, ou bien c’est que vraiment elles ont une volonté d’acier. La première qui saura dompter le félin, apprivoisé l’animal n’est surement pas encore née.


ϟ Je suis Rusé.
Voyez la vie d’Orion et vous comprendrait à quel point le besoin de mentir, de tromper, de jouer avec les autres n’est justement pas fait par plaisir mais par pur nécessité. Sans mensonges, sans son aisance à manipuler ceux qui l’entoure Orion serrait déjà mort, pourtant pour le travail qu’il fait il a dû développer son masque et son jeu perfide consistant à dupé. Pouvant alors faire preuve d’un calme incroyable il pourrait arriver à tromper une mère elle-même sur le faite que son enfant est bien d’elle ou non. Son esprit malin c’est entrainer depuis longtemps a retourné les gens contre eux même et les faire douter, comment se glisser dans un groupe sans être vue mieux qu’en détournant l’attention sur eux même. Est-ce que c’est par ce que ça vie a était baser sur des mensonges que le jeune homme a tant de facilité à mentir et n’as absolument aucun scrupules à le faire ? Surement.
D’ailleurs plus légèrement il possède ce caractère très joueur et malicieux qu’il s’est forger avec le temps, lui qui n’as au aucune enfance en trouve ce besoin. Sarcastique il garde même de l’ humour, il ne faut pas croire qu’il est froid bien au contraire il est plutôt du genre au sang chaud mais son être est ronger par ces diffèrent masque et lui-même ne sait plus trop qui il est a présent.
••• On y est presque... •••

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Tumblr11
Pseudo ; P'tit Biscuit ou CookiWorld maos pour les intime c'est MViiiii
Age ; 17 patates
Où avez-vous connu le forum ? Grâce a papataland
Les admins ne sont pas parfaits ( ah bon ? ); des idées d'amélioration ? Plus de moi ? 8D
Credits de vos icons : Bazzart et inconnue
Un dernier mot ? Toi qui me regarde aujourd'hui fait gaffe a tes fesses !



Dernière édition par Orion J. Chevalier le Dim 6 Nov - 11:44, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/t350-orion-ou-quand-cendrillon-fait-le-trottoir http://anotherchance.forumactif.com/t351-orion-j-vais-me-suicide-avec-des-yaourts-perimes#5671

Drink First Talk Later
Orion J. Chevalier
Messages : 34
Age : 29 whisky
Camp : Cey le mal èé
Ta Baguette : 26,2 cm, bois de chaîne, écrin de sombral
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 1135246404
Orientation : Plus bas, toujours plus bas bébé.
Et ton coeur ? : Il est mécanique, tu veux tourné la cléf ?
Date d'inscription : 30/09/2011


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Léopard || Le Néant

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeVen 30 Sep - 22:41



“ One Life To Live „
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 671283for
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Haticon Once Upon a Time... my Story :

C H A P I T R E 1
« Et l'homme naquit de la main de Dieu, Ou l’homme est né coupable, et Dieu punit sa race, Il rampe, il souffre, il meurt. »
Le bruit des vagues, le crie des mouettes, le vent du Nord glacent les maisons, chauffer au petit feu de bois. C’est ici que je suis née, dans le Nord de la Norvège. Ville moldue, fantôme, terrassé par le froid. Tous les mineurs de charbon et les pêcheurs son partit laissant des maisons vide, en ruine derrière eux, seul trace d’une civilisation. Pyramiden, c’est son nom, comme cette montagne gigantesque et noir de charbon qui surplombe l’île de Spitzberg. L’océan ici est impitoyable, il engouffre les navires, avale les plages, gèle les cotes, et de son grondement hostile il vous glace le sang. Je ne sais de ma naissance que ce qu’on m’en a raconté. Tapis au fond d’une de ses grande maison de pierre épaisse, près d’un feu et enrouler de couverture, une femme crier toute sa douleur a sen briser les os. Ma mère soufrée de ma venue au monde. Personne n’était près d’elle a lui tenir la main, personne n’était là pour la réconforter, seul avec son malheur elle ce bâter contre la vie et pour elle. Il y avait bien un homme, grand, brun, debout près de la fenêtre à observer la neige tomber comme si les crie de ma mère étaient éteint que personne ne pouvait les entendre. Droit et fumant la pipe il fixer l’horizon le regard d’un bleu acier profond à vous en glacer le sang et d’une carrure imposante et brutal, mon père n’accordé aucune attention à la souffrance de la femme qui m’était à bat. Enfin, je sortis, je vie. Mon premier crie fut celui du soulagement de ma mère. Elle s’occupa toute seul de moi, épuiser à en vouloir mourir, elle fit pourtant tout pour me garder près d’elle, juste contre son cœur et s’endormit aussi tôt assommer par cette douleur et cette fatiguer sanglante.

Enrouler dans de petite couverture, je gigoter comme tout être qui découvre la vie, qui vois pour la première fois le jour, juste tout contre la poitrine maternel de ma mère. J’aurais pu vivre une vie heureuse tout contre ses seins, à écouter son cœur me crier son amour, mais savez-vous seulement qui était cette femme ? Ma mère, une Sang-de-Bourbe, Marie-Elise Chevalier fille d’un bon avocat français à descendance noble et d’une mère médecin à Paris. Croyez que c’est pour cette raison que ce jour-là et pour la seul fois de ma vie, mon père me prit dans ses bras, pour ensuite lever sa baguette vers ma mère et lui ôté la vie, pour détruire la mienne. Ainsi je ne connue jamais ma mère, dont le corps resta près de ce feu sans âme, oublier dans cette ville de glace. Elle m’avait donné le nom de James, elle avait pensait faire plaisir à son amant en e nommant d’un nom anglais, mais jamais elle n’avait vu le regard de dégout que porté cette homme sur elle. Mon père était un sang-pur, un sang-pur de la pire espèce. Il faisait partit de ceux qui ont pour religion de ne croire qu’en la pureté limpide de leur sang et qui pour cela son près a abattre ceux qui n’en sont pas comme de vulgaire vache dans un abattoir. Devrais-je le remercier pour ne pas m’avoir tué ? Lui qui est tombé amoureux d’une femme impure et qui la tromper jusqu’à la tuer sans aucune peine pour effacer la trace de son pêcher.

Mon père Antonin Dolohov, un mangemort comme on les appels, aurait pu vivre une autre vie si il l’avait désiré mais dire qu’il était vraiment amoureux de ma mère aurait était une insulte pour elle. Regardé cette homme qui n’as ni âme ni cœur, comment aurait-il pu aimer une femme et qui plus est une né-moldu. Pourtant quoi d’autre aurait-il pu le faire tromper sa femme de sang-pur que pour cela ? Seulement regardé le dégout, cette impression d’être salit car il avait touché a une femme sale et ragoutante, regardez son regard de colère contre sa propre volonté qui l’avait poussé dans les bras de Satan ! La honte, la culpabilité et la rage qui l’avait poussé à attendre le jour de ma naissance pour avoir un fils et de la tuer pour soulager un peu sa conscience. Et pour effacer ça trace de ma vie il me renomma, Orion, cette constellation si ancienne et vénéré par tous les peuple, ce chasseur d’une beauté terrifiante et d’une violence sanglante. Je devins donc Orion Dolohov, batare d’Antonin Dolohov.
C H A P I T R E 2
« La jeunesse n'est qu'illusion éphémère. »
Voyez cette amas de fumer aveuglante, cette tempête qui m’entraine, cette ouragan qui me submerge. Ma vie ressemble à l’océan de ma naissance puissante et intimidante. J’ai grandi dans une vieille maison anglaise au milieu de Londres, bien caché aux yeux des moldu. J’étais dans la maison de mon père, mon père oui mais pas ma mère. Je passer la plus part du temps enfermer dans le grenier, changer en chambre. Assit sur le matelas poser directement sur le plancher je lisais les livres voler dans la bibliothèque de ma famille, des livres de magies noire et d’histoire abominable, mais je n’avais que cela pour me distraire et étudier. J’étais le seul enfant dans cette maison, car ma belle-mère ne pouvait avoir d‘enfant, c’était d’ailleurs l’une des raisons pour les quel mon père avait laissé ma mère me mettre au monde alors qu’il aurait pu la tuer bien avant cela. Seulement je n’étais pas aimer. Enfant d’une sang-de-bourbe, bien que la moitié de mon sang-soi aussi pur que possible cela ne changer rien et je savais que ma belle-mère ce sentait humilier, elle me le faisait sentir voir même ne se gêner pas pour dire que j’étais une honte de la nature, un rebu et que j’avais de la chance qu’on ne met pas laisser crever quand j’étais bébé. Par fois je me suis imaginer que cela n’aurait pas était plus mal. Dans mon grenier je côtoyais les rats et les cafards de la maison, parfois j’en retrouver même dans mon lit. Pour manger c’était la même chose, je n’ai jamais eu le droit de manger avec la famille, je devais longueur les murs et manger dans la cuisine. J’ai toujours vécu dans une maison qui renier totalement mon existence. Les seul fois ou je pouvais sortir c’était accompagner de mon père, cette homme qui avait l’air d’un colosse et qui me faisais froid dans le dos à chaque regard. Alors que mon nez était plongé dans Magie noir et Sorcellerie de la mort la porte du grenier s’ouvrit brusquement et je vie derrière l’elfe de la maison. Un petit être chétif, difforme et puant qui me détester pour plaire à sa chère maitresses.

    Titus - « Mister, votre père vous attend dans le hall. »

Sa voix grasse et basse et son ton agressif me fit grincer des dents. Je ne répondis rien me contentant de me lever de mon lit et de prendre mon vieux manteau pour descendre les escaliers grincent sou mon poids pourtant léger de mes 10 ans.
    Alicia - « Il n’ira pas à Poudlard. Il est hors de question qu’on me face une honte pareille, je préfère mourir que de faire savoir qui il est! » C’était la voix aigüe de ma belle-mère, en l’entendant je me stoppa doucement dès la descente des escaliers
    Père - « Et où veux-tu qu’il aille? »
    Alicia - « Débrouille toi ! Fait le disparaitre.»

Une porte claqua alors et je vis apparaitre en bas des escaliers mon père, le visage vide de toute expression. Il se tourna vers moi et ne dit un mot avant de repartir vers le hall d’entrée. Je fini alors de descendre les quatre marches restante pour aller le rejoindre dans l’entré. Enfermer dans sa cape il en sortit une qui ressembler plus à la couverture d’un sans-abri, pour moi et toujours dans un silence glacial je le suivis dehors dans le froid d’automne. Je suivais cette masse noire devant moi, marchant sur les feuilles morte échoué sur le trottoir, ne sachant pas du tout ou nous allions. La nuit rendait les rues désertes dans le cartier ou nous habitions, et l’ambiance m’effrayait un peu. Au détour d’une rue je me sentis comme oppresser par une force dont je ne connaisse pas la provenance. L’angoisse ce glissa alors doucement en moi et petit à petit il fit trembler toutes les fibres de mon corps quand nous entrions dans un grand jardin, passant entre deux grille. C’était un parc perdu en pleine ville, c’était désert et mal éclairé, les lampadaires tous étain et un seul grésillant avec difficulté, résistant comme il pouvait a la mort. Je suivis toujours mon père, me rapprochant un peu de lui alors qu’il prenait un petit chemin de terre passant entre deux grands peupliers. Une lumière apparut soudainement quand nous nous retrouvâmes entourés de grand buisson sauvage.

    Inconnu - « Dolohov est-ce vous ?»
    Père - « Oui nous somme arriver. »
    Inconnu - « Vous êtes en retard, j’ai bien cru que vous ne viendrez jamais ! »
    Père - « Ferme là Williams et montre le nous. »

L’homme qui nous éclairé de sa baguette, m’empêchant de voir sa tête la baissa pour éclairer une masse sombre a terre qui gigoter. Je pu enfin voir cette homme qui parler à mon père avec ce ton froid mais aussi craintif. Il avait l’air vieux et vêtu comme moldu et me fixer étrangement, j’en eu un long frisson. Mon attention se posa alors sur la chose qui bouger à terre, préfèrent détourner les yeux de l’homme étrange. Ce qui était a terre ce révéla être en réalité un homme ligoter. J’eu soudain des sueurs froide, je savais ce qui aller ce passer quand mon père leva sa baguette vers lui, je savais ce qui arriverait car je l’avais déjà vue, j’avais même subit ce genre de choses mais cela me faisait à chaque fois ce même effet. Un sentiment de terreur me prit au tripe quand sous le rire de mon père l’homme se mit à se tordre de douleurs et je savais ce qu’il pouvait ressentir. Cette sensation que chacun de ses os ce brise, que sa peau brule, que des millions de couteau vous taillade le corps du haut de la tête jusqu’à la plante des pieds. Mon père stoppa son doloris et se pencha vers l’homme pour le prendre par les cheveux et levait son visage vers le sien. Je détournai les yeux pour ne pas voir ce visage creuser par le démon de la douleur qui me donner la nausée.

    Père - « Alors langue de plomb ? Dit-nous comment vous avez su ce que Lestrange cacher chez lui ? »
    Auror - « … »
    Père - « Je vois… Endoloris ! »

C’était comme le voir ce faire écarteler, je fermi les yeux pour ne pas le voir, mais les cries mettait insupportable et j’avais envie de fuir, de courir loin de ce torrent d’horreur, mais je ne pouvais quitter cette endroit si je le faisais mon père ne prendrais pas la peine de me chercher et j’aurais était seul, ce qui me terrifier encore plus que tout. Le vieille homme qui avait capturé la langue de plomb me prit soudain pas le col de ma cape et me traina vers lui. Il me fit me pencher sur ce corps suppliant dans ses gémissements qu’on le tue. Le dit Williams me vis détourna la tête en ferment les yeux, alors il me prit brutalement mon menton dans sa main et me força a approcher mon visage de lui et d’ouvrir les yeux pour voir la douleur chez cette homme, cette douleurs qu’y était aussi la mienne. Je prier pour que mon père le face arrêter et laisse cette homme tranquille, mais non il riait plus fort, il avait même l’air d’avoir totalement oublier qu’il devait récolté des informations a propos de la soudaine perquisition du ministère chez les Lestrange. Le rire de mon père avait quelque chose d’inhumain qui me firent me débattre entre les bras de Williams. Je n’en pouvais plus, c’était trop pour moi, je crier qu’on arrête tout cela, je crier pour qu’il me laisse pour qu’il abrège les souffrances de cette homme qui pleuré toute les larmes de son corps pour mourir et je le comprenais plus que n’importe qui au monde. C’est alors qu’un éclair vert m’aveugla quelque seconde et que tout ce calma brusquement.

    Père - « Williams, occupe-toi de le faire disparaitre. »
    Williams - « Bien, Mr.Dolohov.»

Le ton dans la voix de mon père me paralysa, il était en colère et je savais pourquoi. Le mangemort puant me lâcha et s’approcha de l’auror mort que je fixer de mes yeux remplit de larmes. Mon père partit alors, sans plus un mot et je fus obliger de le suivre sanglotant silencieusement et évitant de fermer les yeux trop longtemps revoyant des flashes de cette homme au visage déformer par la douleur. Pas après pas je sentais la maison ce rapprocher et je savais bien ce qui m’attendait dans le sous-sol de la maison. Mon corps entier trembler comme une feuille a l’idée de me faire battre encore une fois. Mon père, ma belle-mère et toute personne venant à la maison qui voulait se défouler me prenait comme sac de sable. Je gouter à chaque sort de torture possible, mais aussi toute torture physique des plus simple et je savais que ce soir ce serait le fouet qui m’attendrait, je pouvais le sentir avec l’habitude tout cela par ce que je ne supportais pas voir les autre souffrir et pourtant petit à petit toute sensibilité quitter mon corps, mon cœur, mon âme, souiller de sang et de chagrin. C’est plus ou moins à ce moment-là que je perdit la notion du bien et du mal et que mon esprit préféra accepter la douleurs que dit renoncer voyant qu’il n’y avait que cette solutions pour ne pas finir à l’étage des fou à Ste Mangouste.
C H A P I T R E 3
« N'aie pas pitié des morts [...]. Aie plutôt pitié des vivants et surtout de ceux qui vivent sans amour. »
Ainsi ma vie me mena en France, le pays de ma mère. Mon nom fut changé pour celui de ma mère. J’étais à présent Orion Chevalier. Le jour même ou me lettre a Poudlard arriva la famille entreprit de me changer d’école et de m’expédier a BeauBâton. Je n’avais plus aucun repère, ce n’était ni ma langue, ni mon pays et tous les visages que je connaissais jusque-là disparue. Je ne revins plus jamais mon père, ma belle-mère ou tous les autres gens que j’avais connus jusque-là. J’avais une chambre payé à BeauBâton pour toutes mes études. Sur les papiers de mon inscriptions j’étais marquer comme étant orphelin, sans famille ni amis. Ce fut à ce moment-là que je compris, mon père ce ficher pas mal de moi, il avait beau avoir attendu ma venue au monde avant de tuer ma mère cela ne changer pas grand-chose. C’est à ce moment que je mis une crois sur ma vie en Angleterre, et je réalisai soudainement que dans ce château je pourrais avoir une nouvelle vie, sans être battue ni insulter tous les jours. Seulement ce n’était pas si facile de retiré tout ce qu’on m’avait enfoncé dans le crane pendant 11 ans. Me lier avec les autres étaient très difficiles, je n’ai pas eu d’amis avant un long moment, la barrière de la langue étant un gros obstacle, mais aussi mon manque total de savoir vivre. Avant cela je n’avais jamais vue d’enfant de mon âge, on m’avait toujours interdit de voir les enfants qui rentré dans la maison, j’étais toujours était enfermer dans le sous-sol ou dans le grenier. On ne pouvait donc pas dire que les relations humaine était m’on truc, sur tout avec tous les livres de magie noire que j’avais lue et toute les horreur que j’avais vue et du subir. Pourtant petit à petit je me découvris autrement, je m’ouvris et apprit à comprendre les autres, j’ai bien sur toujours était incapable de me faire des amis, du moins de ressentir ce genre d’affection pour quelqu’un mais je me rendis compte que j’avais cruellement besoin d‘attention et d’affection des autres. J’étais dans l’écurie d’ Hadès, le Seigneur des Enfers, le détenteur des morts. Cela m’allait plutôt bien, mon âme s’étant déjà à mon jeune âge évaporé avec tous bon sentiment. Les élèves de cette écurie me ressemblaient beaucoup, tous à la recherche de quelque chose, troublé par une vie injuste et cruel. Je pouvais en observer des pessimistes, orgueilleux, instables, inattentifs, réservés, mais tous possède un sang-froid exemplaire et une ambition d'acier. En m’ouvrant a eu je découvris que je n’étais pas seul dans mon enfer et avec le temps quelque chose qui ressembler à mon vrais moi vie le jour. J’appris avec eux que même comme j’étais, je restais digne d'être aimé ce que j’avais cru impossible avant cela.

Mes années à l’académie furent les plus belle de ma vie, les seul ou je crue entre voir ce qu’était le bonheur, ou du moins je compris le sens de ce mot jusque-là inconnue à mon vocabulaire. Le seul obstacle à cette tempête de découverte humaine était les cauchemars de mon enfance qui me hanter chaque nuit et chaque parcelle de mon corps qui ce souvenait de ces années de souffrance. J’avais beau faire abstraction de cela je mettais toujours une barrière entre moi et les autres, cela m’était indispensable, pour autant à partir de ma 5 éme année à l’académie je fus de plus en plus décontracter. Je vivais à plein temps à BeauBâton, c’était ma maison, chez moi et j’en étais le maitre avec tous les pensionnaires à plein temps passant même mes étés dans l’enceinte de l’école. C’est de la que vin ma soudaine confiance en moi, je compris que je n’avais rien à perdre et tout à gagner, je me laisser aller à gouter a tout, alcool, drogues, filles, sport, argent, célébrité, pour tout et n’importe quoi. Je m’enfonçai dans la débauche sans comprendre que je le faisais pour éteindre le feu de chaos qui régné en mon être. Jeu pas mal de problème las bah à cause de toute mes frasque, mon plus gros souci étant mas difficulté à contrôler la haine qu’y était enfermer en mois et qui se traduisait par une colère violente et destructrice. Pour soulager ma souffrance que j’enfermer en moi j’avais besoin de voir les autres souffrir, plusieurs fois je manquai d’être expulser mais je n’avais nul par où aller alors la directrice ne faisait que me punir. Bien sur mes punition n’était pas des partit de plaisir mais je n’en avais rien à faire, rien n’était pire que ce que j’avais vécu, je n’avais plus peur de rien n’y de personne.

J’étais plutôt populaire vers la fin de mes études dans l’académie auprès des autres, une sorte de rebelle, du moins c’est comme ça qu’on me voyait et je laisser les autres le croire me fichant pas mal de ce qu’on pouvait croire sur moi. Je préféré vivre ma vie sans pour autant repousser ceux qui voulaient m’approcher, je n’obliger personne à me suivre et je n’en voulais jamais à ceux qui me quitter en chemin pensant que c’était eux qui avaient raison et que les autres n’avaient pas l’esprit claire. Je me souviens d’une fille, une fille qui c’était accrocher a moi et peut être que j’aurais pu m’accrocher a elle en ce temps aussi, peut être que j’aurais pu tomber amoureux et que cela aurait changer ma vie mais la peur et le besoin de m’enfoncer dans ma souffrance en étant persuadé que je le mérité mas pousser à la faire souffrir et à la perdre, la perdre avant d’attendre le point de ma vie ou je ne pus plus faire demi-tour.

J’étais dans mon lit dans ma petit chambre a la tour ouest du château quand en pleine nuit des hommes au visage cacher de masque en fer me firent sortir de force de ma chambre et m’endormir. J’avais 18 ans à ce moment-là, de puis a peu près une semaine j’étais majeurs vue par le ministère français ce qui expliquer pourquoi on venait me chercher. C’était la fin de ma vie de châteaux, la fin de ce que j’aurais pu appeler mes plus belles années. Quand je me réveillai ce jours-là j’étais au centre d’une pièce froide et noir, habiller seulement d’un pauvre caleçon et sans ma baguette je me sentais terriblement vulnérable mais je n’avais pas peur, j’avais appris à me servir de mon vécu pour devenir plus fort le seul souci était que c’était bien pour cela qu’on venait e chercher. Quand je voulu me levai du sol crasseux je me rendis compte que ma cheville gauche était serré par des chaines en fer rouiller. Je tentai de les retiré comme je pu mais rien à faire, jusqu’à ce que le face à moi s’ouvre alors et que de la lumière rouge ce face voir. Un homme en robe noir avança vers moi suivit par deux sorte de gorilles, mais je ne pouvais voir leur visage.

    Orion - « Qui êtes-vous? Qu’est-ce que vous me voulez bordel? »
    Inconnu - « Ferme-là morveux ! »

Je sentis très bien son poing sur mon visage et le cartilage de mon nez ce brisé contre ses phalanges. Me tenant le visage qui laisser apparaitre une chute de sang impressionnante je leva mon regard haineux vers cette homme et sans que je ne puisse me contrôler j’étais déjà debout à tenter de l’attraper pour lui faire mordre la poussière, mais il ce recula et tout ce qui je gagner ce fut de trébucher a causes des chaines. Allonger face contre terre je me mis a grogner la rage faisant soudainement bouillir mon sang face aux rires des trois hommes qui résonner dans la grand salle vide.

    Inconnu - « Aller prenez le. Tu vas avoir le privilège de rencontré le maître. C’est lui en personne qui vas t’initier. »
    Orion - « Quoi ? Comment ça le maître ? De quoi parlez-vous ? » Les deux goreilles m’attrapèrent pour me détacher et me lever et ce qui devait être leur chef me prit son visage dans sa main pour plonger son regard perfide dans le mien, avec ce sourire qui me répulsé.
    Inconnu - « Le Seigneur des ténèbres mon garçon, ton père tas vendu à lui, tu serra l’instrument de sa quêtes. Sois en fier et serre le comme il se doit ou tu connaîtras les pire souffrances, pire que tout ce que tu as vécu, pire que tout ce que tu peux imaginer. »

Ce fut peut être le pire moment de ma vie, le dernier moment ou je connue le sentiment de peur qui est si propre à l’êtres humains, mais aujourd’hui je ne suis plus humains…
C H A P I T R E 4
«Savoir souffrir en silence est un apprentissage suite aux douleurs vécues »
On est mieux tout seul. Ça évite de souffrir pour rien. Au moins on ne peut être déçu. On souffre en silence et on sait que demain serra pareille. Rien ne change, c’est mieux comme ça. J’en suis arrivé à cette conclusion quand mon bras fut gravé de la marque des ténèbres a jamais et que mon chemin croisa les auror anglais.

J’étais menotter, assit devant une table dans une salle qui ne comporter que ça, une table, deux chaise et des murs aussi noir que menacent, mais je savais déjà ce qui m’attendais. Face à moi un auror réputer m’écouter parler de mon histoire. Il m’avait tout demandé, comment j’en étais arrivé là, comment j’avais pu finir si jeune chez les mangemort à servir le maitre des ténèbres et contre tout ce à quoi il s’attendait je lui dit tout, tout ce que je savais sans aucun problème, sans aucune peur de mourir ou de finir en prison jusqu’à la fin de mes jours. J’étais le genre de jeune homme qui n’avait rien à perdre, qui avait déjà tout vécu et qui ne pensait pas que ça vie pourrait être pire car j’étais déjà dans le fond du fond et les porte de l’enfer m’était grande ouverte.

    Auror - « Et vous dites que vous n’avez rien contre les né-moldu? »
    Orion - « Putain te sourd ou quoi vieux ? J’viens de te dire que mon tatoueur était moldu. Mon père est un mangemort, ma mère une Sang-de-Bourbe et d’après un gars qui là bien connue elle était la femme la plus douce et aimante qui soit et elle m’attendait avec impatience, hors mon père la tuer à ma naissance. Tu crois que j’aime mon père ? Tu crois que j’aime cette putain de marque ? J’veux juste qu’on m’enferme pour être sûr de ne pas avoir à subir ça. Je préfère côtoyais les détraqueurs que de continuer à jouer à ce jeux. »
    Auror - « Attend mon garçon qu’est ce qui nous prouve que tu nous dit la vérité ? »
    Orion - « Bordel, je suis venu de mon plein grès cela ne vous suffit pas comme preuve de ma bonne fois ? »
    Auror - « Très bien, attend deux minutes je reviens. »
    Orion - « Hey chef, je vais pas aller loin de toute façon. »

Je lui montra mes mains menotté sarcastiquement et il sortir avec une sorte de sourire que je ne comprit pas trop. Je dû rester là à jouer avec les grosse chaines de mes menottes pendant un bout de temps avant que la porte ne se rouvre et que trois autres personne entre accompagner de l’auror qui m’avais interrogé jusque-là. Celui qui était le mieux habillé s’assit face à moi et je reniflai bruyamment d’un air dédaigneux devant son sourire hypocrite. Il fit signe a l’auror de me retirer les menottes et je pu enfin sentir l’irrigation dans mes mains revenir alors que je me masser mes poignets douloureux. L’homme face à moi me tendit alors la main et je la serra bien qu’un peut suspicieux face à ce qui ce passer autour de moi soudain alors qu’on aurait dû m’embraquer pour Askaban avant que mon procès est lieux.

    Chef des Auror - « Bonjours Orion, je suis le chef des Auror. J’aimerais te proposer un marché si tu le veux bien. »
    Orion - « Ok j’ai comprit… Ce sourire hypocrite et cette soudaine gentillesse. Vous voulez que je vous servent d’espions, hum ? »
    Chef des Auror - « En effet, tu es très intelligent, alors je ne vais pas te mentir. Il n’y a pas beaucoup d’opportunité pour qu’un auror arrive à rentrer dans le cercle de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcé-le-nom sans ce faire démasquer, tu peur l'imaginer, hors tu es déjà un mangemort et tu serres le serre directement. Tu as bien dit que tu n’avais plus rien à perdre et que toute ces histoire te dégouter, non ?»
    Orion - « Ouais, et j’ai dit aussi que je préférais crever ou bien finir par rouler une pelle a un détraqueur plutôt que de continuer à subir ça. »
    Chef des Auror - « Oui, nous le comprenons parfaitement, mais imagine, tu peux devenir une de nos chance de stopper tout cela ! Tu peux nous aider à coffret les autres mangemort et à arrêter …»
    Orion - « Le maitre, oui, mais qu’est-ce que je gagne exactement a par la mort assuré ? »
    Chef des Auror - « Eh bien nous pouvons imaginer qu’en faisant partit de la branche très spécial des infiltré du bureau des auror tu aurait leur statue, donc un travail à vie dans nos bureau plus le salaire exorbitant qui vas avec. Le ministère met un budget énorme dans notre profession pour que nous mettions tout en œuvre pour arrêter la terreur et chez nous plus le travail est dangereux plus le salaire est élever. Comme être infiltré dans les rangs des mangemort est surement le plus dangereux tu pourras avoir tout ce dont tu désir. Bien sûr tout tes crimes seront totalement effacer, si tu fais tes preuve que tu nous donne les informations que nous voulons et nous aides à arrêter la terreur tu auras ce qu’on appelle le permis de tuer. »
    Orion - « Je vois et en échange je vous appartient n’est-ce pas ? »
    Chef des Auror - «En effet, mais crois nous tu es surement le plus précieux de nos infiltré, nous allons prendre soins de toi car tu nous est vital. Peut-être que tu ne tant rend pas compte mais tu es pour nous une sacré opportunité, est-tu seulement près a offrir ta vie à la justice ? »
    Orion - « Ai-je vraiment le choix ? »
    Chef des Auror - « Alors je te demanderait de faire un serment inviolable, tu comprends pourquoi n’est-ce pas ? Après cela tu seras officiellement un Agents Spécial du bureau des Auror et crois moi, même sans études nous avons tout à fait confiance en tes capacités. Imagine que ce que tu fait a un but meilleurs que tout ce que tu aurait pu entreprendre dans la vie. »

Voilas comment je suis devenu un infiltré, et avec le temps je devin de plus en plus un auror qu’un mangemort aux yeux du bureau. Travaillant dans le monde entier jusqu’à ce que le seigneur soi terrasser par un enfant. Je ne fus pour autant pas rétrograder, je continuer mon travail s’élargissant plus loin encore, j’étais un tueur a gage pour le ministère, éliminant toute personne gênante dont personne ne voulait entendre parler, jusqu’à ce que le maitre revienne, enfin du moins jusqu’à ce que le ministre admette qu’il était belle et bien revenu et que je reprenne mas place auprès de lui. J’étais très doué à mon jeu de dupe, n’ayant pour obstacle que Rogue qui avait repéré mon jeu, mais je n’étais pas aveugle non plus, ce vielle idiot était dans le même camp que moi, malheureusement très vite je du garder mes distance avec le ministère préfèrent faire confiance a ce que me disait Rogue sur les plan de Dumbledor et puis ce fut la guerre, je me battit du coter des mangemort, ne pouvant faire autrement, mais je disparut très vite en plein milieux, personne ne le remarquas de toute façon.

Aujourd’hui je traque les mangemorts restant, je les tues plus exactement pour qu’ils ne révélé pas mon secret d’identité, je suis toujours sous les commandements du ministère et je reste un fidèle du seigneur même si il est mort car le seigneur ne mourra jamais, même moi je le sais mais le monde magie a l’air d’avoir oublié cela. Prenez garde, les marques ne sont pas éteintes et les mangemorts vous surveillent. Leur vengeances serra terrible et je sais que la seul solution pour les stopper serra de les tuer jusqu’au dernier.
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 671283for
Exemple RP :
Spoiler:
 



Dernière édition par Orion J. Chevalier le Sam 1 Oct - 17:27, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/t350-orion-ou-quand-cendrillon-fait-le-trottoir http://anotherchance.forumactif.com/t351-orion-j-vais-me-suicide-avec-des-yaourts-perimes#5671

adminpokerface
▬▬BETHE♚QUEEN▬▬
Hermione Granger
Féminin
Messages : 1045
Age : 18 ans
Camp : Bien, Elfes, Chat et Moine s'il le faut !
Ta Baguette : Bois de vigne, ventricule de coeur de dragon, 38 cm
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 110805112930936576
Orientation : Hétéro, mais je ferais bien de me faire none...
Et ton coeur ? : Oui bien, jusque-là, rien de magique !
Date d'inscription : 02/07/2010


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Loutre ; McGonagall m'annonçant que j'ai raté mes examens

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeVen 30 Sep - 23:11


Re-bienvenue "notre rouquin préféré" ;)
Bon courage pour l'histoire~ Je te passe le blabla habituel ! En espérant que ce personnage te conviendra =)



"Wherever you will go"

To watch you, to guide you... Way up high or down low, I'll go wherever you will go. [You] ran away with my heart, ran away with my hope, ran away with my love. In your heart and your mind, I'll stay with you for all of time. Wherever you will go. If I could turn back time ; if I could make you mine. Then I would.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/ http://anotherchance.forumactif.com/t10-hermione-j-granger http://anotherchance.forumactif.com/relations-f15/links-il-n-y-a-pas-que-les-livres-dans-la-vie-t51.htm

Saralia E. Winter
Féminin
Messages : 243
Age : 17 ans.
Camp : Je suis un saint moine *prie*
Ta Baguette : 37 centimètres, en bois d'if, plume de phénix.
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 2hgyebl
Orientation : Qui m'aime me suive ? xD
Et ton coeur ? : Je suis un corps sans vie, gné.
Date d'inscription : 29/07/2011
Localisation : Poudlard.


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Une souris / Le chaos.

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeVen 30 Sep - 23:34


  • Han dommage que ton perso soit majeur, il est pas mal *sort*

    Bref, re-bienvenue Ronny ;)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/t260-saralia-e-winter-l-ambition-est-le-maitre-de-l-avenir http://anotherchance.forumactif.com/t269-saralia-e-l-amour-est-le-mediateur-entre-le-parfait-et-l-imparfait#4087

GREEN ♣ YELLOW
not what u think but what u don't want
Florian Z. Shadow
Messages : 87
Age : 18 années
Camp : ...ing
Ta Baguette : T'en fais pas, elle ne te pointe pas encore !
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Pbucket
Orientation : Plutôt Nord
Et ton coeur ? : Il est à droite
Date d'inscription : 26/12/2010
Localisation : Pile là où il ne faut pas - Roger


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard:

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeSam 1 Oct - 9:51


In Florian Style : Tu as 29 Whiskys mais est-ce que tu en vends ou en proposes ?
Si une coquille St-Jacques et un Oursin pouvaient se battre, qui tu penses qui aurait le plus de chance ? Et s'ils s'accouplaient ? Autrement, on peut t'appeler Lancelot ? Ah et il y a des gars en fait à Beauxbâtons ? Ou t'es une fille ? Un androgyne ? Hermaphrodite ? C'est comment ? Et... Tu es un diable sinon ? Parce que Hadès quand même... Wouah ! Ou peut-être un diable de Tasmanie ? Tu en penses quoi d'eux ? J'aime bien, ils ont des dents tu sais *fait des dents avec ses mains en grimaçant* Et... *lui coud la bouche*

Bienvenue en gros, je vais t'agacer =)

PS : Merlin, je réalise que lui et Serenity ont dû se croiser durant leur scolarité. Même école, presque même âge, uniquement la maison est différente (Athéna évidemment). Hohoho, elle pourrait être un problème si elle sait les études qu'a fait Orion !



ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Tumblr_lplov0K9Bd1qiacx3o8_r1_500
Hey, I'm the one « Whatevering » people 'round

Suzanne, please next time, not a freakin owl but cats :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/t135-florian-shadow-life-sucks-and-then-you-die http://anotherchance.forumactif.com/t138-florian-you-believed-heaven-hell-were-different

Drink First Talk Later
Orion J. Chevalier
Messages : 34
Age : 29 whisky
Camp : Cey le mal èé
Ta Baguette : 26,2 cm, bois de chaîne, écrin de sombral
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 1135246404
Orientation : Plus bas, toujours plus bas bébé.
Et ton coeur ? : Il est mécanique, tu veux tourné la cléf ?
Date d'inscription : 30/09/2011


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Léopard || Le Néant

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeSam 1 Oct - 11:46


    *Le fixe avec l'air "putain mais qu'est ce que je me fait chiez ici"* J'suis pas gay ni pédophile, rentre chez toi et vas jouer avec les poupées de ta sœur, ça te détendra.

    Mince èé y vas y avoir un troue dans les plans là !! *note d'éviter la prof d'étude des moldus*

    EDIT : J'ai fini mais c'est trop long, ça fait buguer éè

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/t350-orion-ou-quand-cendrillon-fait-le-trottoir http://anotherchance.forumactif.com/t351-orion-j-vais-me-suicide-avec-des-yaourts-perimes#5671

SlytherinQueen
Léanounette
Féminin
Messages : 294
Age : 16 ans
Camp : ing !
Ta Baguette : Bois de Merisier, 24,5, Ventricule de coeur de dragon
Your love, is bittersweet
Orientation : Mauvaise, je me perd dans ma propre robe.
Et ton coeur ? : Maman à dit qu'il était a gauche
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Quelque part entre le haut de ma tête et la pointe de mes pieds


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Un requin et un être maléfique

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeSam 1 Oct - 17:04


Je reste convaincue que l'oursin gagnerai, surtout si la coquille essaye de le manger, et s'ils s'accouplaient ca serai... Bref je me comprend ! bienvenue je vois que toi et moi on a la meme manière ça promet ! Tu pense quoi des placards ? Tu veux jouer avec moi? Je t'enferme dedans avec un detraqueurs et on regarde jusqu'ou vous aller tous les deux :3 je suis sure qu'il te sortira la grand jeu ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pretresse-clerith.skyrock.com http://anotherchance.forumactif.com/t192-eleanor-loackter-finit-chef http://anotherchance.forumactif.com/t203-eleanor-loackter-s-links

adminpokerface
▬▬BETHE♚QUEEN▬▬
Hermione Granger
Féminin
Messages : 1045
Age : 18 ans
Camp : Bien, Elfes, Chat et Moine s'il le faut !
Ta Baguette : Bois de vigne, ventricule de coeur de dragon, 38 cm
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 110805112930936576
Orientation : Hétéro, mais je ferais bien de me faire none...
Et ton coeur ? : Oui bien, jusque-là, rien de magique !
Date d'inscription : 02/07/2010


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Loutre ; McGonagall m'annonçant que j'ai raté mes examens

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeSam 1 Oct - 18:17


Fiche validée Monsieur l'auror-mangemort =)
Histoire peu ordinaire/habituelle ! Hâte de voir ce que tu vas en faire.



"Wherever you will go"

To watch you, to guide you... Way up high or down low, I'll go wherever you will go. [You] ran away with my heart, ran away with my hope, ran away with my love. In your heart and your mind, I'll stay with you for all of time. Wherever you will go. If I could turn back time ; if I could make you mine. Then I would.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/ http://anotherchance.forumactif.com/t10-hermione-j-granger http://anotherchance.forumactif.com/relations-f15/links-il-n-y-a-pas-que-les-livres-dans-la-vie-t51.htm

« Cho Chang »
Cho Chang
Féminin
Messages : 334
Age : Dix-sept ans.
Camp : Celui que j'ai depuis toujours ~ Le bien ♥
Ta Baguette : Marron et en bois d'Hêtre, mesurant 27 cm et contenant un cheveu de Vélane.
Orientation : Hétérosexuelle.
Et ton coeur ? : Ne sais plus quoi faire avec lui * ...
Date d'inscription : 12/12/2010
Localisation : Quelque part en France x)


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Cygne.

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeDim 2 Oct - 12:25


Bienvenue sur le forum !

Bonne continuation parmi nous !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mister Ireland and gunner
Seamus Finnigan
Masculin
Messages : 291
Age : 18
Camp : Bien
Ta Baguette : Ebene, crin de licorne 33,5cm
ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 200px-0,290,40,185-Seamus_poa
Orientation : En l'air
Et ton coeur ? : Alone
Date d'inscription : 01/01/2011
Localisation : South


Matricule de Sorcier
Parchemin
:
Patronus & Epouvantard: Le renard//le spectre de la mort

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitimeMar 4 Oct - 9:47


Bienvenue à Bord M. Orion, vous savez déjà ou est votre siège pas besoin de vous accompagner... ;)


ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Tumblr_lr1niaNPV11qjnn8eo1_250
"Eww so sticky but...where the hell will I..."

Spoiler:
 

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. 41782_10 KISS ME I'M IRISH! :D <3 Seamus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anotherchance.forumactif.com/t166-explosion-seamus-finnigan http://anotherchance.forumactif.com/t246-faithfulness-is-not-the-only-thing-between-us

« Contenu sponsorisé »


ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Empty
MessageSujet: Re: ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.   ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir. Icon_minitime



Revenir en haut Aller en bas
 

ORION ◮ Ou quand Cendrillon fait le trottoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
█ Another Chance :: 
H O M E
 :: █ Présentation :: ▀ Présentations des Adultes :: • Acceptés !
-
Sauter vers: