AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Concours de farces - Qui gagnera le premier ? [Alexandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 04/11/2011


MessageSujet: Concours de farces - Qui gagnera le premier ? [Alexandre]   Ven 18 Nov - 20:55


Le ciel était un peu grisâtre aujourd'hui, malgré qu'il y avait du soleil. Les élèves s'étaient demandé sans arrêt s'il allait pleuvoir. Pourtant il était resté ainsi toute la journée. Cornélia observait les arbres hauts du château et leurs feuilles qui se berçaient tranquillement au vent. Elles perdaient leur verdure, et une mince couche de rouge les recouvraient, leur donnant un aspect plus pétillant. Elle aimait l'automne. Tout se transformait en cette période de l'année : le temps, les végétations, les couleurs, et surtout l'humeur des gens. Eh oui, ces derniers se faisaient plus grincheux à l'idée de se rapprocher de l'hiver. Mais qu'importe... Rien n'affectait son humeur à elle. Au contraire, elle s'adaptait à chaque saison, car chacune d'elles était unique et avait sa propre saveur. Cependant, même si la jeune fille avait l'âme poétique, son esprit en cet instant ne l'était pas. Elle regardait en fait la végétation de l'extérieur sans vraiment les voir, ses pensées étaient trop préoccupés pour cela. Elle repensait à tout ce qu'il passait ces derniers temps. Les Mangemorts avaient envahi Londres, et il n'y avait plus moyen de vivre en paix. Ils détruisaient tout sur leur passage comme une tempête. Le ministère demeurait de plus en plus inquièt et paniquait.
Elle avait peur alors pour sa mère. C'était une Moldue. Qu'allait-elle devenir ? Elle n'était plus en sécurité dans ce monde. À chaque fois que la demoiselle recevait une lettre de ses parents, elle craignait qu'on lui annonçait son décès. Seulement, ces derniers faisaient toujours comme si tout allait bien, il n'yavait aucune raison de s'inquiéter... Pourtant elle savait au fond qu'ils se faisaient autant de sang d'encre qu'elle. La blonde se devait de voir la réalité en face : c'était bientôt la fin des dragibus !
Tandis qu'elle songeait à ça, une voix forte s'éleva tout d'un coup dans la salle :
- Mademoiselle HALE, pourrais-je avoir votre attention, s'il vous plait ?? Tonna la voix du professeur.
Évidemment, elle eut un haut le coeur. Quelqu'un lui aurait soudainement piqué les fesses avec une fourchette, elle aurait senti le même effet... La jeune sorcière regarda le professeur avec étonnement, se rendant compte que le cours avait bien avançé, et qu'elle n'avait absolument rien suivi.
- Je comprends que ce qu'il se passe à l'extérieur est nettement plus intéressant que mes cours, mais vous devriez y porter plus d'intérêts si vous voulez réussir vos ASPIC l'année prochaine...
Tout le monde la dévisageait, ce qui la mit un peu mal à l'aise. Le professeur continua de la sermonner, mais cela ne changeait rien à ses habituels monologues... Ils étaient d'un ennui. Alors elle fit semblant de l'écouter, tout ce qu'elle entendait rentrait d'une oreille, et ressortait de l'autre. Heureusement pour elle, la sonnerie retentit vite, ce qui la sauva. La jeune hale ramassa rapidement ses affaires, fourant le tout dans son sac, et s'eclipsa. Quelques élèves la taquinèrent au passage sur sa rêvasserie, mais personne ne pouvait vraiment lui reprocher de s'ennuyer en cours, puisqu'ils ressentaient à peu près tous la même chose. Dans les couloirs, c'était la cohue. Certains garçons lui firent des sourires ou des clin d'oeil sur son passage, d'autres l’abordèrent. Cependant, elle les ignora. Elle savait que c’était parce qu'elle faisait partie des authentiques Sheffieldiens, voir même anglais, de Poudlard. Son accent de snobinard le prouvaient et son goût en matière de luxe, ce qui attiraient les étrangers et les autres. Bon d'accord, l'étudiante avait plutôt la cote ici et plaisait à beaucoup de garçons. Mais il n'y avait pas de quoi en faire tout un plat. Contrairement à certains filles ici qui s'en vantaient...
Elle s'assit sur un banc, n'ayant pas envie d'aller rejoindre maintenant les autres dans la salle commune des Serpentard, et de s'attaquer à ses devoirs. C’était surtout parce qu'elle n'avait pas envie de croiser ses camarades, dont quelques un d'entre eux allaient s'amuser à la mépriser publiquement. Il fallait dire qu'elle était plus différente de ceux de sa maison. Tout cela parce qu'elle sympathisait avec des Gryffondors. Ces derniers temps, Cornélia avait beaucoup changé. Elle commençait à devenir plus adulte. Et puis, toutes ces guerres ridicules entre les maisons l’agaçait. Elle avait tout de même bien le droit de se lier des amitiés avec des élèves, autres que des Serpentard ! Alors elle s'en fichait de ce que les gens disaient. La jeune fille préférait rester telle qu'elle était, plutôt que de montrer une image qui n'était pas à elle. Avant, c'était ce qu'elle faisait. Lors de ses premiers jours ici, elle avait essayé de se faire remarquer. La demoiselle se l'était jouée "rebelle" pour gagner la sympathie de ses camarades. Mais à présent, tout était différent. Elle trouvait que tout cela était futile et ce n'était que des enfantillages, elle avait grandi pour ce genre de choses. Quel importance cela avait d'être à Gryffondor ou Pouffsoufle ? Et quel importance de savoir quel genre de sang coulait dans nos veines ? Ce n'était pas cela qui définissait ce que l'on était. C'était plutôt ce que l'on était, à l'intérieur de soi, qui marquait les valeurs d'une personne.
Elle observa une fille de Serdaigle en deuxième année qui ouvrait une boite en forme de coeur. Celle-ci eut l'air surexcité, se demandant qui devait être l'auteur de cette soudaine déclaration. Seulement, en l'ouvrant, cela activa un pétard qui lui explosa à la figure. Des ricanements sonores en ressortit. Le visage de la fille était recouverte de suie à présent, et cette dernière pesta de rage. La jeune anglaise eut un sourire amusé. Cela lui faisait penser aux farces qu'elle faisait au jeune Rosebury. D'ailleurs, elle n'avait pas vérifié s'il avait reçu l’humiliation qu'elle voulait lui infliger. Mais à vrai dire, cette fois-ci elle avait mis la main sur un bon "coup". Alors elle supposait que cela avait dû marcher...
Ce matin, en allant à la bibliothèque, la blonde l'avait trouvé seul, assis à une table. Elle tenait dans ses mains un colorant rouge bordeaux (indélébile), et elle n'avait pas résister à l'idée d'aller lui en verser sur... son derrière. Bien sur, il avait tout de suite senti le liquide s'infiltrer dans son pantalon, alors il s'était retourné vers elle. Puis en voyant le petit flacon qu'elle avait agité devant lui d'un air malicieux, il avait tout de suite compris. Le jeune homme avait eu l'air furieux et surpris à la fois. Il lui avait exigé des explications, mais elle avait tout de suite filé à l'anglaise. Bon, ce genre de comportement était peut être contradictoire aux pensées de la Serpentard. Cependant, cela n’était pas parce qu'elle avait des amis à Gryffondor que cela signifiait qu'elle s'entendait avec tout le monde. Au contraire, certains dans cette maison étaient déclarés comme ses ennemis, et Alexandre en faisait partie. La jeune Hale ne savait pas pourquoi, mais dès qu'elle l'avait vu la première fois, elle avait tout de suite senti que quelque chose n'allait pas avec lui. Ses intuitions avaient surement été bonne, car le courant passait sans cesse mal entre eux. Alors c'était un peu la guerre.... Mais au lieu de l'exprimer avec des mots blessant ou avec des baguettes, ils employaient des farces. Pas bien méchantes non plus, juste de quoi ridiculiser l'autre. Original, non ?
Elle se releva et se décida soudainement d'aller le retrouver, histoire d'aller l’embêter un peu. La Serdaigle qui s'était reçue une boite explosive était déjà partie. Il ne restait plus que des bouts de la farce. L'étudiante ramassa un morceau de carton qui l'attira. Il était marqué dessus : Weasley produits. Elle eut un sourire amer en regardant ce nom. Elle savait que le génie de cette invention n'était pas un élève d'ici. Enfin, un élève qui ne l'était plus, dont elle désespérait de pouvoir un jour gagner son coeur. La jeune sorcière poussa un soupire et le jeta à la poubelle. Elle marcha dans le couloir, retrouvant tout d'un coup sa mauvaise humeur de ses mauvais jours. Pourquoi avait-elle repensé à cela ? Elle se l'était pourtant interdit...
En montant au deuxième étage, Cornélia tomba sur Alexandre Rosebury. Le couloir se vidait de monde. C'était une chance ! Elle l'avait vite retrouvé, donc pas besoin de se fatiguer à chercher... Et puis, le voir lui faisait rappeler le sale tour qu'elle lui avait joué, ce qui lui remonta le morale.
- Tiens, salut Alex ! J'espère que tes règles aujourd'hui n'étaient pas trop douloureuses... dit-elle narquoisement.
Elle savait tout de suite que ce genre de répliques allaient lui plaire... Surtout que les personnes présentes se retournèrent et se mirent à le fixer bizarrement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Concours de farces - Qui gagnera le premier ? [Alexandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
█ Another Chance :: 
POUDLARD
 :: █ Le Chateau :: ▀ 2ème étage
-
Sauter vers: